logo
ISO 9001 : 2008

Infrastructure routière

Aménagement du Versant Soleil, mont Tremblant

Description

Situé à la base de la montagne du côté du Versant Soleil, ce développement complet d’infrastructures constituera la base d’un futur village. Un lac a été intégré à l’environnement à travers les développements hôteliers, immobiliers et commerciaux, le domaine skiable, les routes et les services

Nature des travaux 

  • Reprofilage de la base de la montagne;
  • Travaux d’excavation, de remblai et de compactage;
  • Aménagement du chemin d’accès principal, du chemin longeant le lac, du chemin de construction et aire de concassage, de la voie d’évacuation et de carrefours giratoires;
  • Aménagement de passages souterrains, de traverses de ruisseaux, de passerelles et de ponceaux;
  • Aménagement de remontées mécaniques autant en montagne que pour le lien intervillage;
  • Aménagement d’un lac et d’une digue;
  • Axes de service du village et drainage de la base de la montagne;
  • Prolongement du réseau d’aqueduc du chemin Duplessis;
  • Postes de surpression d’aqueduc et réservoir d’eau potable de 1 630 m3;
  • Égout pluvial et sanitaire;

    station de pompage;
  • Planification du réseau d’utilités p ubliques (Hydro Québec, télécommunications, data, etc.);
  • Murs de soutènement.

Services rendus

La firme a été responsable de la totalité des aménagements construits au Versant Soleil. Elle a fourni son support au développeur à partir des analyses de faisabilité, aux négociations et échanges de terrains avec le Parc du Mont Tremblant, aux études d’impacts à présenter en audience pratique, aux demandes d’autorisations auprès des différentes instances (Environnement Canada, MDDELCC, Ville, etc.) jusqu’aux plans et devis pour soumission et construction ainsi que la surveillance des travaux.

Particularités et defis

Les conditions topographiques du site ainsi que sa sensibilité environnementale ont été des contraintes qui ont obligé l’équipe à être proactive relativement à la protection de l’environnement tout au long de la conception et de la construction des ouvrages. La circonscription des zones d’excavation ainsi que le contrôle des rejets d’excavation, en respectant le drainage naturel ont permis de minimiser le transport des sédiments vers l’aval du chantier. L’aménagement des chemins et des infrastructures a été conçu de façon à minimiser la mise à nu du couvert végétal et préserver la stabilité de l’environnement du secteur. La gestion de l’eau, vu la topographie du versant, est un important enjeu relié à la réduction de l’érosion. La mise en eau du lac artificiel et son enregistrement au Centre d’expertise hydrique du Québec se sont réalisés à l’intérieur des délais prévus.

 

Vu l’environnement fragile et protégé du mont Tremblant, des techniques innovantes ont été utilisées afin de réaliser le mandat en minimisant l’impact des travaux et l’intégration des nouveaux ouvrages au paysage existant. En effet, la topographie montagneuse et la sensibilité à l’érosion de ce site sont des particularités associées à la création du lac à double vocation, soit récréative et technique.



La frayère existante, devant être préservée intégralement, a nécessité la conception d’une filière de gestion des sédiments, des équipements de contrôle des débits et d’automates pour le contrôle de la température à la sortie du lac. Avant la construction du lac, la frayère était soumise périodiquement à des précipitations importantes provoquant des écoulements et un transport de sédiments volumineux. Les ouvrages de contrôle des débits construits en amont et en aval du lac ont permis de créer un tamponnement des évènements forts. De plus, l’aménagement de fosses dans la première partie du lac permet la retenue des sédiments en amont de la frayère. Des accès à ces fosses ont été aménagés à l’intérieur de l’emprise du lac et un protocole a été créé pour l’abaissement périodique du niveau du lac afin d’effectuer l’entretien et le nettoyage de ces dernières.



Le système d’automate a été élaboré dans le but d’assurer la survie de la frayère. Les deux requis importants sont la température de l’eau et le volume d’eau dirigé vers celle-ci. Pour ce qui est de la température, des jauges sont installées à l’entrée du lac, à son déversoir et au niveau du ruisseau de la frayère. Les températures sont enregistrées en continu et retransmises vers un centre de données de la Station Mont Tremblant. Un automate localisé dans une chambre dans la digue envoi des consignes d’ouverture ou fermeture à une vanne qui gère une prise d’eau au fond du lac. Ceci permet de mélanger l’eau du fond du lac (froide) avec celle passant par le déversoir (chaude) afin d’obtenir une température optimale du ruisseau. Les jauges de niveau permettent aussi au même automate d’assurer un volume d’eau suffisant vers l’aval.



La firme a collaboré et dirigé des spécialistes en automatisation dans le but de développer le système d’automate ainsi que l’interface de contrôle utilisée par le département des opérations de la Station. Cette interface se devait d’être facile d’utilisation pour permettre un contrôle fiable et un enregistrement des données pour un ajustement rapide si nécessaire.

Coût des travaux

Coût des travaux (civil seulement) : 18,5 M$ 

Échéancier

2004 à 2006

Chargé de projet

Serge Marchand, ing.

Intervenants

Laboratoire : Inspec-Sol

Client

Intrawest

 

165, rue St-Viateur Est, bureau 200Montréal (Québec) H2T 1B4
69, Boulevard de la Seigneurie EstBlainville (Québec) J7C 4M9

Fiche courante

imprimanteImprimer cette fiche
Message
Ok
AnnulerConnexion